La fois où je me sentais poète

Portrait de la vie

une raffale de vent
mon esprit se remémore
le réciproque m’émerveille
naître d’un corps familier
être amour inconditionnel
mais nul ne sait
car l’imaginaire est attirant
et les riches usurpent les talents
j’aime de mon vivant
la douceur et l’émotion
couinements, détresse
flatterie, paresse
tout coeur d’homme a du bon
 
     xxx
Camille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s