La fois où je me sentais poète

Poème

Je l’aime malgré tout… quelle connerie.
Après tout, il est celui qui déchire mon coeur, le jette par terre et le piétine.
Je ne peux détruire son souvenir, je ne peux oublier.
Il est le premier que j’ai aimé sincèrement, le premier qui m’a fait pleurer.
 
Je reste accrochée, ce qui le fait reculer
J’ai mal a mon âme, je me sens piégée
On me dit de ne plus y penser
On me dit  que ce n’est que du passé
 
Mais mon passé est ce qui a construit mon présent
Je ne peux plus reculer maintenant
J’ai espoir d’un jour nouveau
Où mon amour ne sera plus un triste fardeau
 

J’essaie quand même de sourire
Car je ne vois pas l’intéret de me laisser dépérir
Ah, et puis
Aimez-moi comme je suis
Car je suis ce que j’aime
 
 
 
  xxx
Camille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s